Prélèvements obligatoires

Les prélèvements obligatoires constituent la majeure partie des recettes des administrations publiques : budget de l’État, des collectivités locales et de la Sécurité sociale ; pour les pays membres de l’Union européenne, une faible partie (représentant environ 1 % du PIB) sert à financer les institutions européennes2.

Ces prélèvements servent à financer les services non marchands régaliens (défense nationale, maintien de l’ordre, définition du droit et fonction judiciaire), mais également des services dans d’autres champs économiques (politiques sociales, soutien à des associations ou à des artistes, construction d’infrastructures, etc.) dont certains relèvent de la notion de service public.

Les prélèvements obligatoires ne recouvrent pas l’intégralité des prélèvements opérés sur les agents économiques ni l’ensemble des recettes des administrations publiques. Ils regroupent les impôts (directs et indirects), les taxes et certaines cotisations sociales (en France, 85 % des cotisations sociales sont comptabilisées mais sont exclues les cotisations sociales dites « imputées », c’est-à-dire ne donnant pas lieu à versement effectif3). Au sein des autres recettes publiques figurent les recettes non fiscales3 et les fonds de concours4. Les recettes publiques représentaient 50,8 % du PIB en France en 2006 pour 44,2 % de prélèvements obligatoires5.